Japon Ichi, le site de ceux qui désirent sincèrement comprendre le Japon


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Japon - Chine : des relations toujours difficiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William J
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3607
Localisation : Tokyo
Nationalite : francais
Loisirs : La recherche des petits mysteres...
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Japon - Chine : des relations toujours difficiles   Jeu 25 Jan 2007 - 22:52

Decidement, les relations nippo-chinoises comme les nippo-nord-coreennes au demeurant, semblent devoir encore tourner en rond au XXIeme siecle, comme elles l'ont si souvent fait durant le precedent.

Ainsi donc, deux informations du jour nous rappellent qu'entre ces deux nations, il y a eu une guerre, et une sacree meme puisqu'on ne finit pas d'en sortir pour mieux y revenir.

Des chinois contre la personne du Japon
Une association, non pas de victimes de la guerre, mais de victimes des sequelles de la 2eme guerre mondiale, vient a ce propos, d'intenter un proces a l'Etat nippon pour n'avoir pas nettoye a temps la Chine des armes chimiques que le Japon avait utilise durant le conflit mondial. En effet, il y a quelques annees, un groupe d'ouvriers chinois du batiment avait ete expose par accident au gaz d'attaque qui se trouvait dans un conteneur militaire abandonne par l'Armee Imperiale sur le champ de bataille, evenement malheureux qui devait entrainer de serieux consequences sur le plan de la sante a pres d'une cinquantaine de personnes presentes le jour du drame, et meme des morts si l'on s'en remet aux declarations des familles des victimes supposees.

D'autres associations du meme type en debut de procedure ou n'ayant pas encore este en justice, sont suspendues aux conclusions de la Cour qui doit trancher dans cette affaire epineuse, attendant qu'une ouverture se cree a la faveur d'une condamnation hypothetique, pour se lancer a leur tour dans des procedures a l'encontre de l'Etat japonais... (cf. article 1 ci-dessous).

Deuxieme pomme de discorde du jour.
Un realisateur cinematographique japonais, Mizushima Satoru, vient d'annoncer son intention de tourner un long metrage intitule "La verite sur Nankin", oeuvre censee faire la lumiere sur le "sac de Nankin" qui reste comme une arete dans la gorge du gouvernement chinois, ce derniers declarant que le massacre de ses ressortissants durant la Deuxieme Guerre Mondiale dans cette seule ville, se sera eleve a pres de 300.000 victimes. Le Japon a toujours officiellement conteste cette version, et d'ailleurs les chiffres retenus par les historiens internationaux tourneraient plutot autour du montant - deja horrible - de 150.000 morts. Cela dit, certains courants de pensee au Japon refusent meme ce chiffre, arguant que Nankin au moment des evenements connus sous le nom de "sac de Nankin" ne comptait pas meme autant d'habitants en son sein... Bataille de chiffres, de preuves, de documents, de temoignages de part et d'autres... Une sale affaire qui rappelle d'ailleurs un peu la blessure toujours vive qui existe entre la France et l'Algerie, douloureuse plaie qui se refuse a se refermer semble-t-il...
Pour la Chine, le "sac de Nankin" et les visites gouvernementales nippones au Temple Yasukuni, sont autant de vraies blessures historiques que des leviers qu'elle agite regulierement pour faire pression sur le Japon, moyen commode pour obtenir de ce dernier, diverses concessions politiques et economiques. Aussi, il n'est pas impossible que la sortie d'un livre chinois a destination du public international intitule "Nankin, l'holocauste oublie de la Deuxieme Guerre Mondiale" (par Iris Chang) puis d'un documentaire egalement a destination du public international intitule tout simplement "Nankin" soient des eruptions concomitantes totalement fortuites, ce qui en tout cas aura decide le realisateur japonais a prendre la camera pour "contre-attaquer" egalement sur la scene internationale. D'ailleurs, le cineaste est d'ores et deja soutenu activement par les membres ordinaires de sa famille de pensee mais aussi par des universitaires et des parlementaires...

Le tournage du film de Mizushima Satoru devrait etre boucle pour aout 2007, la distribution pouvant ensuite demarrer assez rapidement. La question est tout de meme pour ceux qui s'interessent a ces questions d'Histoire et de geo-politique transversale, de savoir si le "documentaire" de Mizushima sera disponible en Europe, et notamment en France ou la Loi Gayssot pourrait rendre l'oeuvre introuvable car clairement qualifiable de negationniste. Une affaire en tout cas, qui devrait connaitre de nombreux rebondissements dans les mois a venir... (cf. article 2 ci-dessous).


Pour en savoir plus, voyez les articles publies ce jour dans le quotidien national japonais MAINICHI SHIMBUN:


[ I ]



Chinese victims of Japanese chemical weapon sue government

A group of Chinese plaintiffs sued the Japanese government Thursday over the sickening of 44 people -- including one who died -- when construction workers broke open a barrel of poison gas left behind by Japanese troops in World War II.

The plaintiffs -- 43 people injured in the 2003 accident and five relatives of one who died -- are demanding a total of 1.43 billion yen (US$11.8 million), according to Akira Ibori, one of their lawyers.

The suit, filed at Tokyo District Court, also demands that Japan cover medical costs and income losses due to health problems blamed on the accident, which happened in Qiqihar city, northeastern China, Ibori said.

"Our ultimate goal is to get the Japanese government to set up a long-term relief fund," Ibori said. "We hope the lawsuit prompts the government to come to a realization about the seriousness of the damage from the abandoned chemical weapons."

Tokyo has agreed to pay 300 million yen (US$2.7 million) in one-time compensation to the Qiqihar victims. But the plaintiffs say that amount would not cover their medical costs and income losses, their lawyers said.

The plaintiffs have complained of painful blisters, weakened vision, coughs and chronic fatigue.

"It's been more than three years since the accident and the Japanese government has not provided a satisfactory response," said plaintiff Ding Shuwen, 27, a former construction worker. "That makes us angry." Ding was in Tokyo to file the lawsuit.

The abandoned chemical weapons are part of the legacy of Japan's wartime conquests in East Asia that still complicate Tokyo's relations with Beijing.

At home, Japan spends some 3 billion yen (US$24.8 million) annually to provide free medical care and other social benefits to about 4,500 Japanese who worked at three chemical weapons factories during the war, the lawyers said.

Two other lawsuits, both filed by smaller groups of Chinese victims of the abandoned poison gas, are pending at a Japanese high court.

A 1997 international convention requires Japan to remove thousands of chemical weapons it abandoned in China by 2007, but Tokyo has asked for a five-year extension.

Japan has removed 37,000 chemical weapons, but at least 700,000 are believed to remain. (AP)

January 25, 2007



[ II ]



Japanese director announces production of Nanjing film to deny massacre sue government
When Japanese troops conquered the then-capital of China in 1937, historians agree they slaughtered tens of thousands of civilians in an orgy of violence known since as the Rape of Nanking.

But a Japanese nationalist filmmaker announced Wednesday that he is working on a documentary with a very different message: the massacre never happened.

The film, to be called "The Truth about Nanking" and completed in August, will be based on testimony from Japanese veterans, archival footage and documents that proponents say prove accounts of the killings are nothing more than Chinese propaganda.

"This will be our first effort to correct the errors of history through a film," director Satoru Mizushima said at a Tokyo hotel, joined by a group of conservative lawmakers and academics who support the project.

Mizushima, president of a rightwing Internet broadcaster "Channel Sakura," said he hoped to enter the film in international festivals later in the year. He is aiming to raise about 300 million yen (US$2.47 million) for the effort.

The film is part of a gathering wave in Japan of "massacre denial" projects, mostly books, that attempt to debunk a slaughter that historians say killed at least 150,000 civilians. China says the death toll was as many as 300,000.

The film was certain to rile audiences in China, and opponents say it would only cause embarrassment for Japan.

"They say the film will transmit the truth about Nanking, but they will be only spreading shame for Japan," said Shinichiro Kumagai, a civil activist studying the massacre in Nanjing -- the current name of the city -- and supporting Chinese war victims.

"The move only reveals their inability to face Japan's wartime past by looking the other way," Kumagai said.

The film is based on the work of Japanese historian Shudo Higashinakano, whose work includes two books published in the late 1990s that claim the massacre was a hoax.

A Chinese court last year awarded a Nanjing Massacre survivor 1.6 million yuan (US$200,000) in compensation after ruling against Higashinakano and another historian for claiming she fabricated her account of the atrocity.

The massacre, brought to a worldwide audience in English by Iris Chang's book, "The Rape of Nanking: The Forgotten Holocaust of World War II," is widely seen as a gruesome symbol of Japan's bloody conquest of East Asia in most of the first half of the 1900s.

The massacre is a cause celebre of Japan's increasingly active nationalist groups, which are pushing to cull references to it in public school textbooks and discredit accounts of the slaughter.

Japan's rightists argue Nanking's population was too small to have suffered such a huge massacre, and they claim doctored photographs and exaggerated witness accounts have created the false image of Japanese soldiers as craven and bloodthirsty.

Wednesday's announcement coincides with this week's showing of the documentary "Nanking," a study of the brutal Japanese occupation of the city, at Sundance Film Festival in Utah.

Mizushima said his project was aimed at countering that film, among others planned this year marking the 70th anniversary of the disgraced past.

"Keeping silence to a film like this would allow anti-Japan propaganda to spread around the world as universal knowledge," he said, adding that such works contribute to anti-Japanese sentiment by portraying his countrymen as "brutal barbarians."

January 25, 2007

_________________
Kore nitte ik'ken rakuchaku !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.japon-ichi.conceptbb.com/
Stella

avatar

Féminin Nombre de messages : 1207
Localisation : PARIS
Nationalite : Française
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Japon - Chine : des relations toujours difficiles   Ven 26 Jan 2007 - 1:22

Hélas ! Que peut-on faire contre l'Histoire passée?
Tout ce qui a eu lieu d'atroce, d'effrayant, fait encore souffrir certains , et beaucoup, mais sans oublier tous ces holocaustes inhumains, ne peut-on pas aller vers l'avenir en agissant de meilleure façon maintenant , en mettant en application les lois des droits de l'Homme qui sont encore à notre époque, bien bafoués dans ces pays qui réclament à grands cris , justice et équité ! Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
William J
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3607
Localisation : Tokyo
Nationalite : francais
Loisirs : La recherche des petits mysteres...
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Japon - Chine : des relations toujours difficiles   Sam 26 Avr 2008 - 23:20

C'est dans un climat de conciliation entre la Chine et le Japon, que le feu olympique aura traverse tant bien que mal les quelques kilometres qui lui etaient assignes sur le sol nippon.



Les faits tels que relates en francais sur la chaine France 24


Quelques accrochages sans gravite ont emaille cette enieme parade de la flamme olympique, mais ne devrait-on pas parler plutot de parodie que de parade ? Le lieu de depart qui devait etre un temple prestigieux s'est reduit au dernier instant a un simple parking (bravo au Japon !) et la course triomphale des porteurs de la flamme ressemblait une fois encore au quart d'heure de promenade carcerale d'un ponte de la pegre encadre de centaines de gardiens empechant toute attaque, mais aussi tout point de vue sur l'evenement. Les badauds etaient frustres, et la symbolique olympique - concorde, treve, esprit sportif, espoir - a une fois de plus ete mise a mal, pour ne pas dire foulee au pied.



Les faits tels que relates en japonais sur la chaine TBS (6eme chaine)


Plus de peur que de mal, et gros soupire de soulagement pousse bien haut par les autorites japonaises, qui par-la meme, montrent sans retenue a quel point leur competence en matiere d'ordre et leurs vues sur les choses extra-nationales, sont cruellement limitees. Quant a ceux qui bordaient les routes, outre les simples citoyens venus admirer une flamme qu'ils n'auront d'ailleurs pas eu le loisir de voir vraiment, se trouvait un fort contingent de chinois (favorables a la politique menee par leur gouvernement), quelques rares tibetains, des pro-Tibets proches du Parti Communiste nippon mais aussi des nationalistes qui ont trouve la, une occasion d'exprimer leur point de vue sur la Chine. On a frole la foire d'empoigne, mais 3000 policiers pour si peu a craindre, c'etait sortir le char d'assaut pour ecraser un moustique, ce qui est une attitude caracteristique de ceux qui tremblent dans leurs chaussettes a la premiere occasion. Fin donc de la pantalonnade. Demain, la flamme sera en Coree.

Complement d'information: si vous souhaitez en savoir un peu plus sur cette "journee olympique" au Japon, ne manquez pas de vous reporter a l'article paru ce jour dans le quotidien national nippon MAINICHI SHIMBUN ci-dessous:




Heavy security surrounds Olympic torch relay as thousands of demonstrators rally

NAGANO - Heavy security and a large contingent of pro-Chinese supporters thwarted protesters who tried to disrupt the Japanese leg of the Olympic torch relay Saturday.

Athens marathon gold medalist Mizuki Noguchi ran the final leg of the relay, which saw only minor scuffles along the 18.7-kilometer (11.6-mile) route through the city that hosted the 1998 Winter Olympics.

Police guards in track suits surrounded the torch bearers and another 100 uniformed riot police ran alongside six patrol cars and two motorcycles. They were backed up by thousands of other police.

At the end of the relay at a Nagano park, Noguchi was greeted by a throng of Chinese supporters, far outnumbering the pro-Tibet demonstrators who were ushered to a hillside away from the celebrations.

"I'm so glad that I could safely light up the cauldron," said Noguchi. "I ran as I wished for the success of the Beijing Olympics and peace."

China's supporters waved Chinese flags and wore T-shirts that read "Welcome to Beijing." About 2,000 Chinese exchange students swarmed Nagano to show their support.

Minor scuffling and protests broke out during the relay, but the event went ahead without any major interruptions.

Five men -- four Japanese and a pro-Tibetan resident of Taiwan -- were arrested.

Three men were apprehended after trying to charge the torch, the fourth threw eggs and the fifth hurled tomatoes at the flame.

All were quickly pounced on by police, police official Akiko Fuseya said.

National broadcaster NHK reported a smoke-emitting tube was thrown at the relay, but that didn't affect it.

Marchers yelling "Free Tibet" crowded the streets near the route. And four people were slightly injured in different scuffles, fire officials said.

The starting point -- a last-minute substitution after a Buddhist temple pulled out -- was closed to the public, as were all rest stops along the way.

The relay, making its 16th international stop, has been disrupted by protests or conducted under extremely heavy security at many sites since it left Greece.

The protests are largely in response to China's crackdown last month on protests in Tibet, which it has governed since the 1950s, and to concerns over human rights issues in China.

Many of China's supporters in Japan said the protesters didn't understand the issues.

"You can't solve the Tibet issue right away," said Ji Aye, a Chinese student in Japan. "A lot of these demonstrators have never been to Tibet or China and don't understand the issue. I'm sad they are doing this to our Games."

The international route ends next week, with stops in South Korea on Sunday, North Korea on Monday and Vietnam on Tuesday. The flame arrives on Chinese soil on April 30 in Hong Kong, for a long journey around the country before the Aug. 8 start of the games.

Coinciding with the start of the relay, which began under a light rain, a prayer vigil was held at the largest Buddhist temple in Nagano, Zenkoji.

The 1,400-year-old temple, which was the showcase of the 1998 Olympics, last week declined to host the start of the relay, citing security concerns and sympathy among monks and worshippers for their religious brethren in Tibet.

After arriving in Nagano by bus early Friday, the flame was spirited away to a hotel and put under heavy security. About 3,000 police were mobilized.

April 26, 2008

_________________
Kore nitte ik'ken rakuchaku !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.japon-ichi.conceptbb.com/
K-Lach

avatar

Masculin Nombre de messages : 118
Age : 46
Localisation : Toulouse (France)
Nationalite : Française
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: Japon - Chine : des relations toujours difficiles   Mar 19 Aoû 2008 - 16:22

William J a écrit:
Le lieu de depart qui devait etre un temple prestigieux s'est reduit au dernier instant a un simple parking (bravo au Japon !)

Bonjour William,

C'est pas le Japon qui a décide de faire partir la flamme d'un parking mais le temple qui a refusé d'accepter la flamme en son sein suite aux problèmes tibetains. Cet épisode a considérablement mis mal à l'aise le gouvernement Japonais.
Ensuite, le Japon a refusé que la Chine amène ses petit hommes bleus (des chinois) pour protéger la flamme olympique et à assurer que tout se passera bien. A priori, 3 hommes bleus ont tout de même été présents, mais beaucoup moins que dans les autres pays.

Enfin, 3000 policiers pour protéger la flamme, connaissant les japonais, cela ne m'etonnent guere car ils sont toujours trop que pas assez. Regarder les chantiers de construction avec leur spanneaux signaletiques doublés de 2 ou 3 personnes qui agitent un baton pour prévenir des dangers éventuels. Cela fait parti de leur mentalite. Après, bien sur, on peut considérer cette mentalité comme ridicule......

K
Revenir en haut Aller en bas
William J
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3607
Localisation : Tokyo
Nationalite : francais
Loisirs : La recherche des petits mysteres...
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Re: Japon - Chine : des relations toujours difficiles   Mar 19 Aoû 2008 - 18:56

Citation :
C'est pas le Japon qui a décide de faire partir la flamme d'un parking mais le temple [...]
Certes, et cela demontre que l'organisation de l'accueil de la flamme qui est au fond du ressort de l'Etat nippon en coordination avec le C.O.J qui a formellement accepte (mais avait la possibilite de refuser) la venue de la flamme olympique a ete en partie "deleguee" de facon irresponsable a un organisme prive - un temple en l'occurence - qui n'a pas hesite a reprendre la parole donnee en "decouvrant" a la derniere seconde qu'un lieu de depart de flamme olympique se devait d'attirer de nombreux observateurs et de nombreux journalistes. Soit les officiels ou les responsables du temple sont des imbeciles, soit c'est eux qui nous prennent pour des idiots.
Enfin non seulement le lieu d'accueil a fini par se defausser de l'obligation qu'il avait accepte depuis des mois sous le pretexte fallacieux s'il en est que cela aurait gene les visiteurs reguliers du temple (!) ce qui n'est rien moins qu'indigne, mais encore les autorites nationales nippones n'avaient pas meme de "plan B", pour preuve de leur imcompetence. Accueillir une manifestation internationale sur un parking, c'est purement et simplement se moquer du monde. Alors oui, bravo le Japon !

Pour ce qui est des 3000 policiers mobilises pour presque rien, cela est du meme tonneau que le branle-bas de combat egalement degradant intervenu il y a quelques semaines au Japon a l'occasion de la tenue du G8. On aurait dit que ce pays s'attendait au deferlement des hordes barbares, d'ailleurs nous avons montre quelques signes exterieurs et irrefragables de cette febrilite en d'autres parties de Japon Ichi. Bien sur il ne s'est pratiquement rien passe (il faut dire que peu d'activistes etrangers ont les moyens de se payer un aller-retour + transports + logement juste pour aller defier les forces de polices nippones qui ne comptent d'ailleurs pas parmi les plus tendres du Monde) mais il faut dire aussi que la conference internationale se tenait dans un trou perdu a l'autre bout du pays, c'est plus facile et c'est moins cher. N'empeche, les alentours ont ete "economiquement ruines" le temps de ce deploiement exagere de forces de l'ordre, et tout ce petit monde ne s'est pas gene pour pousser publiquement un grand "ouf" de soulagement quand cette pantalonade a pris fin. Les forces de l'ordre dont certains membres patrouillaient a bord de SegWay (a l'ecologique tape-a-l'oeil, surtout que ce vehicule est pour ainsi dire interdit de distribution au Japon, village Potemkin quand tu nous tiens) ont enfin ete remerciees en grande pompe sous l'objectif meduse de certains journalistes, comme s'il s'agissait d'un satisfecit adresse a une troupe revenant victorieuse d'une guerre en enfer; vraiment tout cela aura ete disproportionne de A a Z... ou pour etre exact, proportionnel a l'idee que nombre de Japonais se font des autres peuples "susceptibles de venir les saisir, jusque dans leur lit".

Alors oui, j'ose le dire en bon pratiquant du Japon "vrai et non fantasme": je trouve cette mentalite ridicule.

Note: pour ce qui est des employes "sur-numeraires" aux abords de chantiers, ou dans les installations de transports en commun, il s'agit d'une toute autre raison que nous aborderons sans aucun doute un autre jour.

_________________
Kore nitte ik'ken rakuchaku !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.japon-ichi.conceptbb.com/
Edgar

avatar

Masculin Nombre de messages : 774
Age : 76
Localisation : France
Nationalite : Francaise
Loisirs : Découverte du Japon
Date d'inscription : 20/01/2006

MessageSujet: Re: Japon - Chine : des relations toujours difficiles   Mar 19 Aoû 2008 - 23:58

Je crains fort que cette affaire Olympique chinoise ne tienne en haleine les journalistes du monde entier pendant des mois, si ce n'est des années. Le commun des mortels n'a découvert que récemment que c'était la Chine qui allait être à l'honneur en ce mois d'août 2008. Ce qui prouve que les gens de tous les Pays n'ont aucune capacité à se projeter dans l'avenir. Cela faisait 12 ans qu'on savait que Pékin était choisi pour ces jeux. Les divers Comités Olympiques ont voté pour qu'il en soit ainsi, avec l'aval des gouvernements. Alors pourquoi de telles pantalonades. Et avait-on besoin d'importer des petits hommes bleus pour protéger cette flamme? Ne pouvait-on laisser cette responsabilité aux Pays qui étaient traversés par ce flambeau?
Nous sommes dans une situation de la Comédie del arte où chacun donne sa parole pour obliger les autres à la reprendre. Les démocraties sont loin d'être adultes!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Japon - Chine : des relations toujours difficiles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Japon - Chine : des relations toujours difficiles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» déco Japon/ Chine
» caille de chine
» Le Japon rejette les projets chinois de développement de gisements gaziers
» Conflit Chine Japon
» Article 3 : De la Chine au Japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japon Ichi, le site de ceux qui désirent sincèrement comprendre le Japon :: Actualite (rubrique en libre acces)-
Sauter vers: