Japon Ichi, le site de ceux qui désirent sincèrement comprendre le Japon


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Japon et tourisme : la difficile (seconde) ouverture du pays

Aller en bas 
AuteurMessage
William J
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3607
Localisation : Tokyo
Nationalite : francais
Loisirs : La recherche des petits mysteres...
Date d'inscription : 11/01/2006

MessageSujet: Japon et tourisme : la difficile (seconde) ouverture du pays   Mer 17 Déc 2008 - 21:24

Malgre de nombreux efforts - sinceres ou de facade ? - deployes par le Japon depuis l'epoque Koizumi pour accueillir davantage de touristes etrangers, et apres un pic rendu possible par une conjoncture favorable (euro fort + yen faible) jusqu'a il y a deux mois, force est de constater que le Japon peine a attirer les gens venus d'ailleurs. Cette annee le nombre d'etrangers s'etant rendus au Japon pour raison touristique a meme catastrophiquement chute de 40% par rapport a l'annee derniere, c'est bien qu'il y a une raison profonde a ce desinteret assez singulier a l'egard d'un pays du G7 repute propre, sur, pratique et a la culture riche et souvent surprenante.

L'explication peut en etre economique. Certes, l'argument du prix du billet d'avion notamment doit imparablement etre mis sur la table, surtout a cause de la "surtaxe petroliere" de ces dernieres annees. Le logement sur place et les transports ne sont pas donnes non plus, meme s'il y a eu de gros efforts de menes (titres de transports a prix forfaitaires pour les non-residents, developpement de chaines d'hotels a prix raisonnables) mais ces raisons sont de tout temps, et auraient meme perdu un peu de leur validite durant toute la periode - longue periode en verite - ou le yens etait flapi et l'euro (pour les ressortissants de l'UE) fort.

La raison ou pour mieux dire les raisons de la bouderie a l'egard du Japon sont peut-etre a chercher du cote des Japonais eux-meme. Moyennement accueillants quoiqu'en disent certains chanceux ou quelques poignees de personnes inconscientes d'etre beneficiaires d'un statut particulier (journalistes, hommes d'affaires de haut niveau, diplomates, artistes, etc.) les Nippons ne sont pas toujours des hotes tres empresses. Cela tient surement a leur facon de vivre (on recoit rarement chez soi au Japon) mais aussi a la crainte de ne pas pouvoir se faire comprendre, et de se retrouver d'entree de jeu dans une "impasse communicative", grande hantise assez largement partagee.
Les Japonais qui sont volontiers sans-gene (mais sans violence ni arrogance, ce qui rend la chose moins perceptible) a l'etranger n'acceptent par ailleurs pas, que les quelques etrangers qui viennent au Japon hors circuits organises (au moins ceux-la sont bien "encadres") se laissent aller a deranger l'entourage, ce en quoi nous ne pouvons que leur donner raison. Mais alors qu'ils se disciplinent eux-meme quand ils visitent les pays tiers. Charite bien ordonnee commence par soi, mais les bonnes manieres aussi devraient partir de soi avant d'etre exigees des autres. Ma longue experience est la pour en attester, mais aussi les nombreux temoignage d'amis Japonais quelquefois eux-meme choques du culot de certains de leurs concitoyens, comme cette dame qui me disait qu'un jour qu'elle se trouvait dans une boutique de luxe parisienne dont je tairai le nom, vit arriver un flot de touristes compatriotes. Une des visiteuses demande a voir un fragile sac a main en peau de grand prix. Elle le palpe, le tourne, le retourne, l'ouvre, le ferme, le rouvre puis le passe a sa voisine qui fait comme elle, et ainsi de suite jusqu'au moment ou tout ce petit monde est parti sans rien acheter (eh oui, il arrive aussi que les Japonais tripotent longuement la marchandise et repartent sans bourse delier). Le sac etait completement couvert de traces de doigts.

Combien de fois ai-je vu de mes yeux vu des Japonais photographier a bout portant au flash des oeuvres dont il etait signale partout qu'elles ne devaient pas etre exposees a pareil traitement ? Combien de Japonais ai-je vu pour ainsi dire pique-niquer sur les marches d'une eglise ? Combien se font des tartines de pate bien gras sur le couvre-lit de leur chambre d'hotel ? Combien m'ont avoue avoir saute la barriere du metro pour "se donner des emotions", choses qu'ils ne feraient jamais de la vie dans leur pays ? Combien enfin en ai-je connu profitant de la spontaneite et de la generosite de Francais bien gentils, mais se debinant a la premiere occasion de rendre la politesse ?

On objectera a cela que la majorite des Japonais est tout au contraire bien polie, volontiers amicale et meme genereuse dans ses largesses. Peut-etre, quoique ceux qui tiennent ce genre de discours soient souvent de ceux qui ne connaissent pas tres bien le Japon, ou qui n'en connaissent a fond qu'un tout petit bout (j'ai d'ailleurs rencontre certains Francais vivant au Japon depuis pres de 30 ans qui n'en connaissaient que quelques quartiers de Tokyo et rien de plus; que valent les commentaires de ce genre d'observateurs ?). Seules des statistiques approfondies pourraient faire apparaitre les proportions, mais comme nous sommes ici entre gens par fibre, favorables au Japon, nous lui accorderons le benefice du doute, et nous rangerons a l'avis general: les Japonais representent dans leur grande majorite, une nation de personnes agreables et courtoises. Point.

Ce qui n'empeche pas une partie d'entre eux, d'etre constituee de rustres et de racistes impenitents. Doit-on fustiger la grande partie au nom de cette petite partie ? Je pense que non, alors pourquoi tant de Japonais se permettent-ils a l'egard des etrangers des commentaires douteux, voire certains comportements que l'on pourrait qualifier d'hostiles ?
C'est rare ! s'ecrieront certains. Et pourtant, avez-vous jamais vu un restaurant, un club, un hotel interdit aux etrangers en France, en Italie, en Angleterre, aux Etats-Unis ? Au Japon, il y en a, j'en ai vu et pas en rase campagne... D'ailleurs le 9 octobre dernier, une enquete ministerielle publiee dans plusieurs quotidiens nationaux (preuve qu'au moins cela est suppose choquer dans la population) revelait que plus de 72% des hotels n'ayant pas recu la visite d'etrangers l'annee passee, n'en souhaitaient pas davantage cette annee au grand dam du gouvernement qui continue de se demener pour ameliorer l'image du pays hors de ses frontieres. Raisons invoquees par ces hoteliers qui au moins ont le courage de la franchise: les etrangers perturbent le service par leur incapacite a se faire comprendre. C'est gai ! Les serveurs francais qui sont si patients avec les si indecis touristes nippons apprecieront...

Derniere avanie en date: l'acces au M.I.N de Tsukiji est desormais interdit, ce que je concois parfaitement dans la mesure ou un endroit pareil, sans cesse sillonne par les trans-palettes, les chariots de tous ordres, se devant de respecter un minimum d'hygiene n'aurait normalement jamais du etre visitable comme un endroit touristique lambda. Mais voila, cela fait des annees que les guides touristiques edites par les organismes officiels designent cet endroit comme un "vaut le detour" tokyoite a l'aide de photos affriolantes et de commentaires enthousiasmants. Resultat d'une telle desinvolture: desormais plusieurs centaines de touristes se pressent tous les matins dans les allees etroites de ce marche aux poissons. Le ras le bol devait bien finir par exploser et ce jour est venu, les employes de Tsukiji viennent d'obtenir l'interdiction pour un mois (au minimum) de penetrer a Tsukiji, plus particulierement a destination des etrangers, cible tres largement designee par nombre d'articles parus dans la presse nationale, mais aussi a la television ou les journaleux se sont fait forts de debusquer de petits semeurs de troubles comme vous allez le constater vous-meme ci-dessous... Vous verrez aussi que le ton employe avec les indesirables est loin d'etre courtois, ce qui bat en breche l'image du Japonais toujours zen, toujours maitre de lui, toujours petri du respect des autres et pret a tout excuser au nom du serein Bouddhisme ou de l'harmonieux Shinto... Un ange passe...